Colombie: “Nous n’aurons plus jamais peur”

casa-fractal-cali-19-mayo-1-1

Au cours des dernières semaines du soulèvement populaire en Colombie, le véritable événement politique est que nous avons rompu notre pacte avec la peur. Nous n’abaisserons plus jamais la tête. Dans les rues et les quartiers qui se sont soulevés, le désir de changement est incontrôlable.

Par Alejandro Cortés ( collectif Rec Latinoamerica )

En Colombie, nombreux étaient ceux qui pensaient que le 28 avril ne serait qu’une mobilisation ordinaire de plus dans un pays qui s’est habitué à voir deux ou trois manifestations par an ; une marche parmi d’autres, face à un gouvernement chroniquement et historiquement sourd aux revendications sociales. Tout a commencé comme d’habitude, avec une série de cortèges se dirigeant vers le point de concentration de la manifestation, une journée passée à scander des slogans au rythme des tambours. Mais quelque chose palpitait fortement dans l’air. Les conditions d’une explosion sociale existent depuis des décennies mais la stigmatisation, la peur et l’indifférence à l’égard de la protestation sociale ont longtemps empêché la mobilisation de se transformer en autre chose. Malgré tout, cette fois-ci, deux ingrédients inattendus ont transformé une journée de grève et de manifestation en un soulèvement populaire général qui a lieu aujourd’hui dans toutes les villes de Colombie.

Le fait que les gens aient décidé de descendre dans la rue en plein milieu de la troisième vague de la pandémie de Covid semble être un acte d’irresponsabilité, mais la peur du virus s’est soudainement transformée. Et donc l’événement politique réel a été le suivant : nous avons rompu notre pacte avec la peur. Ensuite, les déclarations cyniques de l’ancien ministre des Finances sur la valeur d’une douzaine d’œufs et la défense d’un projet de réforme fiscale absolument néfaste à tous égards pour les classes moyennes et populaires.Toutes les cartes étaient sur la table : un gouvernement éloigné de la réalité du pays, des inégalités accentuées par la pandémie et un malaise social généralisé sur la façon dont le gouvernement «gère la crise».

Le 28 avril, quelque chose s’est brisé dans la société colombienne, quelque chose qui ne tenait qu’à un fil : la peur que nous avions de perdre un emploi, la peur d’avoir faim, la peur de perdre les faveurs du patron. Les citoyens qui se mobilisaient depuis des décennies ont finalement trouvé un écho dans les secteurs populaires fatigués, affamés, endettés, toujours coupables et blâmés, fatigués d’être maltraités par une élite minoritaire qui ne représente que ses propres projets individuels.Le cynisme des techniciens, le mépris d’un président qui jouit de ce spectacle et l’autoritarisme de ses partisans ont fait voler en éclats l’indifférence.

La peur est l’un des mécanismes qui rendent la servitude possible, c’est un aspect décisif de l’héritage colonial qui aide le maître à maintenir ses privilèges selon la logique propre à l’hacienda et à la plantation (un modèle qui s’est perpétué notamment dans la ville de Cali). La violence meurtrière de certains membres des forces de l’ordre, avec l’aval des donneurs d’ordres et des «bons citoyens» autoproclamés, a brisé l’indifférence – craintive – des citoyens.

La force brutale avec laquelle ils ont attaqué les mobilisations, les persécutions, la menace permanente de déclarer l’état d’urgence et le récit funeste des médias, celui qui divise le peuple colombien entre bons et mauvais, s’est effondrée. Aujourd’hui, peu de gens croient les mensonges en direct à la télévision d’un président qui gouverne depuis une salle pleine de caméras qui ne sont là que pour lui plaire ; ils ne croient pas non plus les médias des puissants qui s’efforcent, jour après jour, de délégitimer les protestations dignes et justes. La peur a changé de camp et aujourd’hui, derrière le discours de «l’autodéfense», les soi-disant «bons citoyens» tentent de récupérer, avec le sang et le feu, cette complaisance que pendant des décennies les citoyens ont accordée par peur ; peur de leur logique mafieuse et nécropolitique dont le seul horizon est l’accumulation infinie. La complaisance avec les puissants a été brisée. Nous ne baisserons plus jamais la tête. Nous ne ressentirons plus jamais de pitié ou de culpabilité. Ils ne nous rendent pas service et nous savons maintenant que si nous voulons nous appeler un pays démocratique, il faut savoir que nous en faisons tous partie. Les journées de mobilisation dans les quartiers nous montrent que nous n’avons qu’une seule issue : l’organisation. Reconnaître nos besoins, raconter nos histoires, décoloniser le pouvoir et le leadership.

Le peuple a produit un nouveau récit nécessaire à sa survie : nous voulons et désirons une Colombie différente, en paix. Eux, les puissants, qui ne représentent qu’eux-mêmes, continuent à être aussi violents, sourds, indifférents et hautains ; nous, qui avons vécu et ressenti l’inégalité dans nos estomacs et dans nos cœurs, nous ne pouvons continuer à être les mêmes. Le désir de changement en Colombie est dorénavant incontrôlable.

Un article publié initialement en espagnol sur El Poniente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *