Des activistes climatiques occupent le bureau de Groen/Ecolo

245141246_3075068582776369_4894751066818892779_n-1
Ce lundi 11 octobre , un groupe de 30 activistes climatiques et des membres de collectifs citoyens ont occupé le siège de Groen/Ecolo à Bruxelles.

Les activistes exigent l’annulation du mécanisme de subventionnement des centrales à gaz fossiles et que les deux partis soutiennent pleinement et inconditionnellement la sortie du nucléaire en 2025 et s’opposent clairement et concrètement à d’autres projets inutiles et nuisibles.

Hier, des dizaines de milliers personnes sont descendues dans la rue pour le climat, dont Groen et Ecolo. Nous exigeons que le parti joigne le geste à la parole et que la ministre Ecolo du climat, Zakia Khattabi et la ministre Groen de l’energie, Tinne van der Straeten, mette fin au projet de nouvelles centrales à gaz et leur finnancement par de l’argent public. Rejoindre la marche pour le climat signifie choisir un avenir 100 % durable, sans combustibles fossiles, sans énergie nucléaire et sans autres (méga) projets insensés, comme par exemple l’aéroport de Liège, les centrales à gaz, INEOS, la Boucle du Hainaut, la destruction de Friche Josaphat” explique Sacha, une participante à l’action.

Le vendredi 15 octobre aura lieu la mise aux enchères des subsides pour les centrales à gaz. Engie-Electrabel, EDF-Luminus et Eneco se disputeront les milliards de subventions publiques qui seront distribuées.

Il est antisocial, à un moment où les coûts énergétiques pour les ménages menacent de devenir inabordables, de distribuer des milliards de subventions à des entreprises de combustibles fossiles qui mettent ensuite les bénéfices dans leurs propres poches. Ces nouvelles centrales au gaz sont un inutiles, elles sont catastrophiques pour le climat, socialement injustes et non démocratiques!“.

Les militant.e.s prévoient de maintenir la pression jusqu’à ce que Groen/Ecolo renoncent a ces projets et appellent les membres des deux partis à s’opposer également à ces projets. Les collectifs et les mouvements sociaux participant à l’occupation ont participé à la marche pour le climat dans le bloc People Power. Ce bloc réunit les mouvements citoyens qui luttent contre les (méga) projets et entreprises nuisibles et inutiles qui menacent l’environnement, l’agriculture, le climat et notre santé partout en Belgique et dans le reste du monde. Les collectifs annoncent qu’ils intensifieront les actions d’oppositions variées contre tous les petits et grands projets nuisibles, destructeurs et faussement durables et ce quelle que soit la couleur des responsables politiques.

Nous nous opposons à une politique de croissance économique infinie sur une planète finie. La catastrophe climatique bat son plein et touche déjà aujourd’hui les personnes les plus précaires en Belgique et dans le reste du monde. Le temps des compromis timides et du lobbying est terminé. Nous ne nous contenterons plus de “rehausser les ambitions” et d’objectifs abstraits sur les émissions de CO2. Les manifestations ne suffisent pas et c’est pourquoi nous menons des actions directes. Nous appelons les mouvements sociaux et climatiques à se mobiliser activement.

𝗔𝗽𝗿𝗲̀𝘀 𝗹’𝗼𝗰𝗰𝘂𝗽𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝘀𝗶𝗲̀𝗴𝗲 𝗱’𝗘𝗰𝗼𝗹𝗼/𝗚𝗿𝗼𝗲𝗻 : 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗿𝗴𝘂𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗲́𝗰𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝘀𝘁𝗲𝘀 𝘁𝗿𝗲̀𝘀 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝘀𝘁𝗮𝗯𝗹𝗲𝘀

📗Suite à l’occupation du siège Ecolo/Groen, nous avons obtenu une rencontre ce matin la Ministre du climat Zakia Khattabi.Nos revendications étaient notamment d’obtenir la confirmation de la sortie du nucléaire en 2025, un moratoire sur les projets nuisibles et inutiles et la remise en question de la construction de nouvelles centrales à gaz. Bien que la sortie du nucléaire et le 100% renouvelable semble être des objectifs commun, la Ministre Khattabi soutient que cela devra se faire via la construction de centrales à gaz pour assurer la sécurité d’approvisionnement (ou du moins, qu’il y ai un accord au sein de la majorité dans ce sens).

Elle assure qu’il n’y aura pas plus de deux centrales (la Ministre Van der Straeten dit 2 ou 3) et que ces projets n’empercheraient pas à l’objectif des -55% de production de CO2 à l’horizon 2030.En bref, pour les écologistes, il s’agirait de limiter à très court terme l’usage de nouvelles centrales à gaz dernière génération, beaucoup plus efficientes, en mode “tampon” vers du 100% renouvelable, et de leur imposer des critères de durabilité très stricts. Mais ce récit ne tient pas la route.Pourquoi nous sommes en désaccord avec les arguments des écologistes:

1️⃣𝗟𝗲𝘀 𝗰𝗲𝗻𝘁𝗿𝗮𝗹𝗲𝘀 𝗮̀ 𝗴𝗮𝘇 𝗻𝗲 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗽𝗮𝘀 𝗶𝗻𝗱𝗶𝘀𝗽𝗲𝗻𝘀𝗮𝗯𝗹𝗲𝘀Le rapport de 2019 d’Elia affirmant le manque de sécurité d’approvisionnement à l’arrêt des centrales nucléaires est critiqué par le régulateur indépendant de l’énergie (la CREG) quant à leur méthodologie. Par exemple, les projections de consommation d’Elia sont gonflées par l’utilisation dans leur étude des 34 dernières années (comprenant 2 hivers particulièrement rudes en 84-85 et 86-87) alors que les recommandations sont d’utiliser les 20 dernières années afin de prendre en compte le changement climatique.1 On peut faire sans nouvelle centrale à gaz et sans nucléaire [2].

2️⃣ 𝗗’𝗮𝘂𝘁𝗿𝗲𝘀 𝗮𝗹𝘁𝗲𝗿𝗻𝗮𝘁𝗶𝘃𝗲𝘀 𝗲𝘅𝗶𝘀𝘁𝗲𝗻𝘁, 𝗽𝗮𝘀 𝗯𝗲𝘀𝗼𝗶𝗻 𝗱’𝗮𝘂𝗴𝗺𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗹𝗮 𝗽𝗿𝗼𝗱𝘂𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻Quand bien même un danger de la sécurité d’approvisionnement serait prouvé, une diminution de la consommation n’est pas envisagée comme une réelle solution dans les négociations. Le risque pour la sécurité d’approvisionnement ne concernerait que quelques journées par an (les jours de grands froids). Diminuer la consommation de certaines grandes entreprises lors de ces épisodes pourrait être une solution. Un appel à projets qui intègre la possibilité de proposer des diminutions de la consommation est bien prévu, mais pour 2024 alors que l’appel pour produire d’électricité est finalisé ce vendredi. Faire l’inverse aurait semblé plus intéressant. Mais plus fondamentalement, il est urgent d’assumer la nécessité de produire moins, transporter moins, consommer moins et partager plus. Et l’Etat peut légitimement imposer une réduction de production au nom de l’intérêt général.

3️⃣ 𝗟𝗲 𝗖𝗥𝗠: 𝗨𝗻 𝗮𝗽𝗽𝗲𝗹 𝗮̀ 𝗽𝗿𝗼𝗷𝗲𝘁 𝗮𝘃𝗲𝗰 (𝘁𝗿𝗲̀𝘀) 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲 𝗰𝗿𝗶𝘁𝗲̀𝗿𝗲𝘀 𝗿𝗲́𝗲𝗹𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲́𝗰𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗾𝘂𝗲Pourquoi s’orienter encore vers des énergies fossiles et particulièrement le gaz dont on connaît les multiples défauts sociaux et écologiques? [3] L’appel à projets de ce vendredi, dont les projets sélectionnés seront subsidiés par l’état, aurait pu au minimum imposer des critères de sélection beaucoup plus stricts. Ecolo/Groen se défend en parlant de centrales à gaz « temporaires », verdurisées dès 2027 et neutres en 2050. Or:Les centrales ne seront pas temporaire. Les subsides dureraient au moins 15 ans et la durée de vie d’une centrale est de 20-30 ans. Les critères de “durabilité” très stricts d’ici 2027 n’en sont pas. Rien de contraignant, à part mener des recherches sur la décarbonation, en visant des technologies hypothétiques (l’hydrogène vert, biométhane…) et la présentation d’un plan de réduction des émissions vers la neutralité climatique en 2050.La seule condition stricte est que les centrales soient neutres en carbone en … 2050: bref, en fin de vie des centrales, après avoir contribué largement à la destruction climatique.

4️⃣ 𝗨𝗻 𝗼𝗯𝗷𝗲𝗰𝘁𝗶𝗳 𝗱𝗲 -𝟱𝟱% 𝗲𝗻 𝟮𝟬𝟯𝟬 𝗲𝗻 𝗱𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿 (𝗮𝗹𝗼𝗿𝘀 𝗾𝘂’𝗶𝗹 𝗳𝗮𝘂𝗱𝗿𝗮𝗶𝘁 𝗱𝗲́𝗷𝗮̀ 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝗽𝗹𝘂𝘀)Le gouvernement nous vend donc un objectif de -55% de production de CO2 à l’horizon 2030, atteignable même avec les nouvelles centrales à gaz. Soit. Cela suppose que les projections de l’administration soient validées et que tous les autres secteurs diminuent en suffisance leurs émissions, ce qui est assez hypothétique. Ne pas construire ces nouvelles centrales, c’est maximiser les chances d’atteindre cet objectif (déjà en soit insuffisant pour être réellement à la hauteur des enjeux).Les accords politiques fédéraux et régionaux sont loins d’être à la hauteur des enjeux climatiques et environnementaux. Nous continuerons par conséquent à faire obstacle à ces projets polluants et inutiles par l’action directe, peu importe la couleur du parti qui les défend. 1. https://www.creg.be/…/Publications/Notes/Z2154FR.pdf2. Voir à ce propos les explication détaillées et les chiffre de https://www.komitecentrales.org/3. https://degaze.be/factsheet/4. Selon le Climate Action Network-International, il faut 65% de réduction des émissions de co2 en 2030 en Europe pour viser réalistement le 0 émission en 2050

[1]Le People Power Bloc: Dégaze|Tegengas, Extinction Rebellion, Jeunes Organisés et Combatifs, Réseau ADES, Komité Centrales, Stop Ali Baba & co, Ineos Will Fall, Actrices & Acteurs des temps présents, Act for Climate Justice, Mons se bouge pour le Climat, Tournai se bouge pour le Climat, Grondrecht, Mouvement d’Action Paysanne, Occupons les Terrains, Blauwhuis, Catapa, Gauche Anticapitaliste